Forum ALGERIE DEBAT

Votre fenêtre sur l'Algérie et le monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Comparaison est raison sur le monde arabe

Aller en bas 
AuteurMessage
HAKIM
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1008
Age : 39
Localisation : Alger
Emploi : Administrateur De Forum
Loisirs : Un peut de tous
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Comparaison est raison sur le monde arabe   Dim 3 Juin - 20:45

«Les biens de la terre ne font que creuser

l'âme et en augmenter le vide.»

Chateaubriand




Ce qui se passe dans le monde, et surtout dans les pays développés,
n'intéresse nullement les dirigeants des pays arabes qui demeurent,
sans bouger un cil, solidement arrimés à des pratiques, à des moeurs, à
une gouvernance qui n'ont pas bougé d'un iota depuis au moins un
siècle. Le monde peut connaître des bouleversements scientifiques et
technologiques sans précédent, les démocraties peuvent se moderniser,
les ONG peuvent se déployer avec force dans leur propre pays, des
trains arrivent à une vitesse de 550 km à l'heure, le monde arabe
officiel plastronne et ne sait que dire non aux peuples concernés et
verrouiller, y compris les verrous.



Poutine, sportif, ceinture noire de judo, sans un gramme de graisse, ne
veut pas d'un autre mandat qu'il peut décrocher sans fraude. Tony
Blair, 54 ans, mince et sans embonpoint apparent, quitte le pouvoir
pour donner toutes les chances à son parti, et encore d'autres chances
à son pays, en reconnaissant ses erreurs dans l'occupation de l'Irak.



La passation du pouvoir en Italie, en France, aux USA, en Espagne et en
Afrique du Sud se fait dans une gigantesque fête pour les uns et
l'acceptation de leur défaite pour les autres, pacifiquement, sans que
ces pays cessent d'aller de l'avant, de travailler et de s'améliorer
dans la paix et la joie de vivre.



Dans les pays arabes, l'alternance ou plutôt la succession se fait dans
le drame, le sang, le viol des urnes et des consciences par la
transmission du pouvoir de manière discrétionnaire, sans que les
citoyens se sentent concernés ni de près ni de loin. La durabilité au
pouvoir se gère pour les uns à travers «un mandat» à vie. Le monarque
ou le chef meurt sur le fauteuil où il est renversé par un proche. Le
fils succède au père pour que la famille, la tribu ou le clan
conservent tous les pouvoirs incarnés par un seul sommet omnipotent et
détenteur de toutes les sciences. L'impunité de la famille et du clan
est assurée par la filiation, la cooptation et des matelas de dollars
déposés en Europe et aux USA. Des châteaux sont achetés un peu partout
dans le monde pour que la famille y séjourne quelques jours par an. Les
enfants, à qui le pouvoir est destiné, font des études dans les plus
prestigieuses universités à l'étranger, pendant qu'au peuple on apprend
à mesurer la taille d'une barbe et la couleur du hidjab, pendant que
les bien nés s'encanaillent dans les casinos et les lupanars
occidentaux.



Le président de la première puissance mondiale est contesté par son
propre parti. Normal, dirait un jeune, dans le cadre d'une démocratie.
Dans les pays arabes, «le chef» est adulé par le système dont les
membres sont «prêts» à mourir pour le soutenir. Ce qui est faux, car si
par malheur il tombe, ses proches d'hier seront les premiers à
l'incendier en lui attribuant tous les malheurs. Et c'est aussi parce
qu'il l'a bien cherché en concentrant entre ses mains tout et le reste.



La dégradation des systèmes arabes a invalidé profondément le sens de
la vie, son respect et la dignité humaine qui ne sont pas des valeurs
au-dessus de tout. On tue, on décapite, on lapide et on torture sans
état d'âme. Une vie ne vaut rien dans ces contrées dirigées par des
hommes gros et gras, malades, paranoïaques, qui bombent le torse en
face de leur peuple et face à d'autres dirigeants arabes dont les pays
sont moins riches ou pauvres. Les grands du monde civilisé les
fréquentent, les tolèrent parce qu'ils ont du pétrole, des
marchés-déversoirs ou bien parce qu'ils sont sur la route de l'or noir
utile pour le développement des pays à la pointe des sciences et de la
technologie.



Les pays arabes achètent des trains, des avions, des médicaments, des
armes utilisables contre le peuple ou des pays arabes, sans rien donner
à l'humanité, sauf des vestiges du passé.



Dans le monde civilisé, un enfant qui disparaît mobilise toute la
société, le gouvernement, des associations organisées et autonomes,
l'Europe entière. Le village manifeste, participe aux recherches et
proteste. Des photos du disparu sont ventilées partout et la police
cherche jour et nuit. La solidarité s'organise et des psychologues
prennent en charge la famille dans le désespoir. En bref, l'Etat et la
société, chacun de son côté, font leur travail, renforçant ainsi les
liens entre gouvernants et gouvernés, entre l'Etat et la société.



Dans les pays arabes, des enfants disparaissent, d'autres subissent des
sévices sexuels, des femmes sont battues tous les jours, les dirigeants
n'ont cependant d'yeux que pour le prix du baril, des assemblées
factices à installer et s'occupent de nominations d'allégeance à
moduler, à doser pour que rien n'évolue, pour que la société soit
toujours étroitement contrôlée par les services de répression.



Bloqué dans toutes les initiatives citoyennes, de solidarité, de
contestation, de critiques légitimes, le pays réel se sépare
progressivement des représentations officielles. Les gens ne
fréquentent l'administration que pour de vrais besoins, et s'organisent
dans l'informel, dans l'illégal et évitent le fisc comme ils peuvent et
l'Etat comme ils ont appris à vivre séparés de lui.



Les cadres, les médecins, les chercheurs à diplômes et compétence
équivalents aspirent à vivre et à travailler comme leurs confrères en
Asie, en Europe et aux USA; mais dans les pays arabes, cela relèverait
du miracle. Et il n'y a qu'à comparer les salaires et les conditions de
travail. M. Sarkozy, à peine élu, publie un bulletin de santé. Les
dirigeants arabes estiment que leur santé et les biens qu'ils ont ne
regardent nullement leurs citoyens-contribuables... La liste serait
longue, mais il y a des comparaisons à faire.



par Abdou B,le Quotidien D'Oran

_________________
" Le néolibéralisme, comme système mondial, est une nouvelle guerre mondiale de conquête de territoires"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://algerie.forumactif.com
 
Comparaison est raison sur le monde arabe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'institut du monde arabe
» L'Ambassadeur Américain en Libye assasiné
» C'était un monde étrange, mais j'ai appris une chose...Penser que la vie humaine ne peut être régie que par la raison, c’est nier la possibilité même de la vivre.
» Debout les fous, le monde sans vous perd sa raison. | Relationship !
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ALGERIE DEBAT :: Actualité, débats et sciences :: Algérie Actualités-
Sauter vers: