Forum ALGERIE DEBAT

Votre fenêtre sur l'Algérie et le monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Peut-être une autre génération de dirigeants

Aller en bas 
AuteurMessage
Linda
Débutant
Débutant
avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Peut-être une autre génération de dirigeants   Ven 6 Avr - 20:49

«Savoir Dissimuler Est Le Savoir Des Rois».
Richelieu

Les dirigeants arabes, maghrébins et africains se réunissent très souvent depuis la décolonisation. De grands sommets, des réunions amputées par l'absence des uns ou des autres, des conférences énormes, avec un ordre du jour hyper-révolutionnaire, des mini-conclaves, un tête-à-tête, un repas bilatéral, toute la gamme est déclinée à répétition. Mais dans n'importe quel monnaie, à combien reviennent ces manifestations aux contribuables et pour lesquelles les télévisions gouvernementales rivalisent pour le temps consacré à exposer le «zaïm» comme s'il était chef des Maghrébins, des Arabes ou des Africains ? Il suffit pourtant qu'un seul dirigeant le dise pour que puissent être comparés les résultats, face au prix de revient des regroupements où l'on tue le mouton.

Dans le monde arabe, la Palestine, l'Irak, le Liban, l'incroyable élection législative en Egypte, l'historique mutation qui se déroule en Mauritanie, tous ces évènements et d'autres n'ont aucune incidence dite arabe, et il ne peut en être autrement. La problématique du Sahara-Occidental, partie pour être centenaire selon un scénario optimiste, le chaos criminel au Soudan, les pièces de boulevard que mettent en scène des «guides» (de quoi ?) selon un démarche directement sortie d'un cerveau de science-fiction (version gore), la passation du pouvoir en Egypte, au Maroc, en Jordanie, en Arabie Saoudite, dans de minuscules et très riches pays entre ciel et désert, couchés sur des océans de pétrole (heureusement épuisables) et de gaz, le statut fait aux femmes arabes, tout cela est parfaitement et totalement oublié par tous les sommets arabes jusqu'à la fin du monde. On en parle, juste pour en parler pour revenir à des palabres entre hommes. Alors pourquoi se réunissent-ils dans des palaces très coûteux en dépensant, tous réunis, une quantité de kérosène qui peut financer un fabuleux centre de recherche scientifique capable de recruter les plus grands cerveaux de la planète, susceptibles de trouver des solutions pour l'eau, les énergies renouvelables, les maladies spécifiques, la maîtrise dès l'école de l'outil informatique, la prévention et le traitement du sida, etc.? Les mystères des dirigeants arabes sont aussi insondables que leurs rencontres sont stériles et ruineuses pour des peuples abasourdis.

Les dirigeants du Maghreb, tous, jusqu'en l'an 2172 sont incapables entre eux, de clore la crise du Sahara-Occidental.

D'ici 2172, ils sont totalement impuissants pour créer un marché commun, une monnaie unique, pour supprimer toute atteinte à la circulation des personnes, des marchandises, des informations, des idées et de toutes les expressions contraires aux régimes en place. Les dirigeants maghrébins peuvent-ils dire aux Maghrébins, et au monde, quel objectif rêvé serait atteint avant 2022 ? Que nenni ! Ils ne veulent pas et ne savent nullement dessiner un Maghreb politique et économique avec des échéances fixes et annoncées. Ils en sont absolument incapables. Leurs logiciels, dernières survivances du régime bolchévique, sont bloqués sur leur nombril, sur la mécanique du parti unique, l'omniscience indiscutable du «leader bien-aimé», du «guide suprême» et la sagesse quasi divine de chaque groupe successif qui arrive au pouvoir par des chemins détournés, illisibles pour le plus gros ordinateur de la CIA. Le langage de nos dirigeants est impossible à déchiffrer, à part celui de faire le bonheur des gens sans les consulter vraiment, et celui de leur omnipotence, indiscutable.

Lorsque les dirigeants africains se réunissent, les peuples sont, non aux abonnés absents, mais aux abonnés parfaitement rationnels. Ils n'espèrent rien et n'attendent rien. La tragédie sans nom qui se joue au Soudan est prise en charge par des ONG d'Europe et d'Amérique, et par les pays qui contrôlent le Conseil de sécurité de l'ONU, une organisation dirigée par les grandes puissances qui concèdent quelques miettes formelles qui justifient l'existence de diplomaties arabes et africaine qui font de la figuration.

En Palestine, les maîtres du jeu sont, dans l'ordre, Israël, les USA et ensuite l'Europe, parallèlement à la force de frappe nucléaire de Tel Aviv. Les dirigeants arabes font partout des démarches, surtout en direction des peuples qui ont à cœur les souffrance des Palestiniens, pour retourner au bercail et espérer des gestes d'Israël et de l'Amérique, protecteur suprême de l'Etat hébreu. Lorsque des hordes armées comme jamais ont violé la dignité d'un pays souverain, les Irakiens ont immédiatement compris vers où allait dorénavant leur pétrole, et que les leaders bien-aimés qui traitaient le dictateur de Baghdad de frère bien-aimé (aziz) allaient tous, sans exception, se contenter de regarder, comme toujours, leur nombril hyper-aziz pour eux, et de prier à voix basse pour que la rue arabe reste calme.

Tous les drames de différentes natures en Afrique, les épidémies, les génocides récurrents, la barbarie ethnique, tous les fléaux sont à la charge de «l'Occident décadent, mécréant, blanc et responsable de tout» parce qu'il y a eu les crimes coloniaux. L'organisation africaine ne peut strictement rien faire pour l'Afrique, sauf entretenir des fonctionnaires, enrichir des hôtels et des traiteurs et faire circuler des aéronefs. La Ligue arabe qui coûte de l'argent au contribuable, même au montagnard des Aurès qui n'a pas le chauffage, ne peut régler aucun conflit. C'est du domaine d'Israël et des grands pour la Palestine. Quant à l'Irak, à la menace qui plane sur la Syrie, ces dossiers ne concernent pas les dirigeants grands voyageurs devant les drames arabes. Il y a cela l'ONU, les USA, l'Europe et Dieu. Sans oublier Israël maître absolu au Moyen-Orient.

Alors que dire de l'ex-rêverie maghrébine ? Peut-être «qu'un jour d'épaule nue», avec une génération d'autres dirigeants sages, intelligents, qui regardent dans la même direction, le Maghreb dans cinquante ans sera comme l'ont imaginé les pères fondateurs des mouvements de libération. Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Peut-être une autre génération de dirigeants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre peut en cacher une autre... [Vik]
» Une bonne nouvelle peut en cacher une autre ►Alex & Flo◄
» Un train peut en cacher un autre
» Un masque peut en cacher un autre {PV Abby}
» Peut-on choisir un autre titre que "questions" pour des questions ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ALGERIE DEBAT :: Actualité, débats et sciences :: Analyse Débat caricature-
Sauter vers: