Forum ALGERIE DEBAT

Votre fenêtre sur l'Algérie et le monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LETTRE DE PROVINCE

Aller en bas 
AuteurMessage
CHIRAZ
Débutant
Débutant
avatar

Féminin Nombre de messages : 211
Localisation : Fedar
Emploi : Etudiante
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: LETTRE DE PROVINCE   Sam 14 Avr - 17:34

Le président et ceux de la

Parlez, Monsieur le Président ! Dans ces moments de grande
incertitude, il est de votre devoir de vous exprimer. Ces heures graves qui
sonnent à nouveau comme le tocsin pour la République vous interpellent et vous
seul ! Dorénavant, il n’y a plus de place ni de crédit à tous les propos qui,
habituellement, se nourrissent, dit-on, de vos convictions. Venez donc au-devant
de ce pays pour lui expliquer ce qu’il doit à son tour penser de la tourmente
qui s’est emparée des esprits !
Empressez-vous de lui dire comment il est
encore possible d’agir afin de surmonter le chantage par la terreur dont
vous-même affirmiez qu’il était du domaine du passé ! Adressez-vous en toute
urgence à vos concitoyens réduits peureusement à raser les murs. Oui ! Monsieur
le Président, l’Algérie a peur de nouveau et cherche désespérément à comprendre
comment vous comptez l’en guérir. Pas une seule voix officielle ne pourra se
substituer à la vôtre pour nous dire ce qu’il faut à présent penser de cette
conjuration théocratique multiforme que l’on courtise dans les allées du pouvoir
et qui, néanmoins, demeure hostile à la République. Ici, elle participe aux
affaires publiques et là, elle tue quand elle le croit nécessaire. Et pourtant,
elle est la seule à bénéficier des subtilités sémantiques grâce auxquelles elle
est à la fois un partenaire politique et un ennemi que l’on pourchasse. Car,
enfin, c’est avec vous et sous votre direction que ce pays a été amené à croire
en une possibilité de paix à travers l’amnistie générale ! Vous nous aviez, en
quelque sorte, convaincus que l’on pouvait avantageusement solder le crime en
échange d’une promesse de paix. La paix des braves ! Les couteaux aux vestiaires
! Le silence des armes ! C’était, à n’en pas douter, un jargon familier ; et
pour cause, il nous venait de loin, c’est-à-dire de notre histoire. Bref, ce fut
la fable du dérisoire «plat de lentille» que l’Etat accepta de recevoir en
concédant à ses ennemis une parcelle de sa majesté. Dès septembre 1999, vous
aviez fait ce choix et n’aviez eu de cesse de multiplier les gestes de bonne
volonté en affirmant que la paix, avec un grand «P», n’a pas de prix et qu’il
faut la réaliser à n’importe quel… prix. C’est donc de cela que vous devez nous
entretenir, toutes affaires cessantes, car il semble que la parenthèse vient de
se refermer brutalement sur cette mystique que vous considérez comme le grand
œuvre de vos huit années. Hélas, il va falloir se résoudre à re-examiner cette
option fondamentale qui n’a abouti finalement qu’à mettre sous le boisseau le
credo du châtiment en agitant le pardon sans pourtant restaurer la cohésion
sociale. Les attentats du 11 avril ne sont-ils pas venus pour réactiver une
vieille crainte que vous-même n’aviez eu cesse de minimiser, voire de la
combattre ? Avant même que vous ne fûtes élu en 1999, le candidat que vous étiez
alors, n’affirmait-il pas qu’il était temps de dialoguer avec «la montagne »
(sic). Puis vous vous y êtes attelé en organisant le cadre juridique de ce grand
pardon. A travers deux référendums et un arsenal de textes réglementaires, vous
avez «blanchi» les gens de la montagne et vidé les prisons. De réhabilitation
sociale en recouvrement des droits civiques, tous furent réinsérés de la manière
que l’on sait puisque la plupart d’entre eux bénéficièrent de rétroactivité dans
leurs emplois d’origine. Généreuse, la République fut bonne fille à leur égard.
Sauf qu’eux ne voulurent guère se contenter de la citoyenneté de base. Ils
exigèrent plus, estimant que la reconnaissance de leur statut signifiait
légitimité politique. D’où la guéguerre, larvée cette fois-ci, qu’ils menèrent
contre le pouvoir. Ce dernier pécha-t-il par ignorance ou par orgueil ? En tout
cas, il oublia superbement que l’islamisme politique, notamment dans sa forme
violente, n’est jamais soluble dans les stratégies consensuelles. Par nature, il
ne se conçoit que comme une totalité qui n’a pas besoin d’interface. Or, pour
avoir oublié ou du moins sous-estimé sa résurgence, ce pays se retrouve
aujourd’hui dans le même cas de figure qu’en 1991 avec de surcroît le fait que
la critique des armes lui donne quelques certitudes qu’il n’avait pas par le
passé. Un Etat qui a capitulé une fois peut le faire une seconde fois, se
disent-ils entre chefs de guerre. Voilà comment s’explique la pression constante
que ces leaders mettent sur le pouvoir. Nous entendons déjà quelques subtils
spécialistes faire des distinguos entre le terrorisme d’hier et celui du 11
avril. Ils nous disent qu’entre le «djazarisme» (cette algérianité du combat)
des années 90 et le cosmopolitisme d’El Qaïda, la différence est claire. Puis
ajoutent que la paix conclue progressivement entre 2000 et 2005 ne doit pas être
remise en cause par le seul fait que la nébuleuse de Ben Laden ait accordé une
franchise à des groupuscules locaux. Même s’il est toujours tentant de rassurer
en établissant quelques différences entre le GSPC d’une part et les GIA ou l’AIS
d’autre part, l’on ne peut par contre taire la complémentarité de leurs
objectifs qui se résument dans le rêve d’un Etat islamique. Sur cela, aucun
courant de cette galaxie ne transigera jamais. Cela dit, puisque le chef de
l’Etat semble prendre le temps de la réflexion avant de livrer le fond de sa
pensée, ne gagnerait-il pas d’abord à rappeler à l’ordre son entourage qui
s’exprime sur le sujet avec une désinvolture atterrante. Ces allumeurs de
contrefeux pro-réconciliation s’appellent toujours Belkhadem et Soltani. L’un
comme l’autre sont montés au créneau sur les décombres du palais du Gouvernement
pour soutenir mordicus qu’il n’y a rien à retrancher à la politique de
rapprochement avec l’islamisme. Or, pour pouvoir le dire avec autant d’aplomb,
il eût fallu au préalable demander aux Benhadj, Layada et les chefs de guerre de
l’AIS qu’ils se démarquent publiquement des commanditaires de l’opération
d’Alger. Ils ne l’ont pas fait parce que, d’une part, ils encouraient un refus,
et d’autre part, parce qu’ils savaient que tout ce beau monde amnistié
applaudissait en aparté à cet enfer du 11 avril. Pour eux, le GSPC prolonge à
l’évidence leur combat d’hier et ils voient dans les attentats parfaitement
ciblés la confirmation de leur activisme discret. La conquête du pouvoir
demeurant leur horizon, comment pouvaient-ils ne pas se reconnaître dans cet
acte de guerre ? Tous les hommes de bonne volonté et de bon sens pensent que ce
11 avril prépare à toutes les révisions, même les plus déchirantes pour certains
cercles influents. Et c’est au président de la République d’en décréter les
modalités d’une répudiation salvatrice. Lui-même ne peut plus se contenter des
incantations et minimiser les effets pervers du 11 avril. Ce terrorisme qui
frappe avec tant de violence n’est pas résiduel comme il se répète
mensongèrement depuis 8 ans. Qu’il ait des accointances transnationales importe
peu puisque sa matrice est l’islamisme tout court. Voilà pourquoi Monsieur le
Président nous sommes impatients de recevoir vos oracles. Ceux qui peuvent nous
ôter tous ces doutes mortels. Dites-nous la vérité et dans le même temps
soulignez leurs faits à ceux qui ont traduit la paix octroyée en paix des
cimetières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LETTRE DE PROVINCE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» Lettre de George Sand à Musset.
» LA LETTRE DES SENATEURS AU PREMIER MINISTRE
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» La lettre du Président Aristide ici au forum Haïti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ALGERIE DEBAT :: Actualité, débats et sciences :: Analyse Débat caricature-
Sauter vers: