Forum ALGERIE DEBAT

Votre fenêtre sur l'Algérie et le monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bingo dans le village des martyrs

Aller en bas 
AuteurMessage
HAKIM
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1008
Age : 39
Localisation : Alger
Emploi : Administrateur De Forum
Loisirs : Un peut de tous
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Bingo dans le village des martyrs   Mer 18 Avr - 13:35

Par,Gidéon Lévy

Un enfant de 15 ans se sauvait en courant de sa maison vers celle de son oncle. Une balle d’un tireur d’élite l’a atteint au cou et il a perdu son sang, une heure durant, puis est mort. Les soldats ont même tiré sur ceux qui venaient à son secours.

Pour le porte-parole de l’armée israélienne : « Celui qui a été tué était un terroriste armé, portant une longue arme ».
Dans le carré de cyprès, reposent les martyrs. 48 tombes pas du tout récentes : celles de Qassam Abbas, Awad Jawad, Arif A’akal et une longue série de soldats anonymes, de sans-nom, qui reposent sous leurs vieilles stèles en pierre, au milieu des marguerites. Le cimetière des soldats du deuxième bataillon de l’armée irakienne, tués en 1948. Quelque part dans l’Irak ensanglanté, on se souvient encore d’eux, certainement leurs proches. Jusqu’à l’établissement de l’Autorité palestinienne, se trouvait encore un char irakien qui avait fait une incursion jusqu’ici. En 1993, Israël s’est empressé d’évacuer le char, de crainte que les Palestiniens n’en récupèrent les pièces métalliques.

A flanc de colline, au-dessus de ce cimetière militaire, s’est installé en 1948 le village des martyrs, Al-Shuhada, un village de réfugiés bédouins, au sud de Jénine. Environ 2 000 enfants de réfugiés vivent ici aujourd’hui. A peu près un tiers des adultes se rendent encore chaque jour en Israël pour travailler dans les champs de la vallée d’Emek Hefer et alentours, juste à l’endroit où se trouvaient les villages de leurs pères. A la fin de la semaine passée, une nouvelle tombe a été creusée dans le village des martyrs, non loin du cimetière irakien.

Ahmed Asasa a été inhumé dans la terre de son village. Alors qu’il cherchait à se sauver - exactement comme cet élève représenté sur une puissante peinture murale que nous avons vue la semaine dernière à l’école de Karwat Beni-Zayad - cet enfant, Ahmed, a été touché d’une balle dans le cou tirée à distance par un tireur d’élite israélien. Deux de ses amis qui ont tenté de le tirer de là alors qu’il perdait tout son sang, ont eux aussi été la cible des tireurs d’élite et ont été blessés. Ahmed Asasa avait 15 ans et était en classe de 10e à l’école moyenne du village. Le dernier martyr n’est pas le seul à s’appeler Ahmed Asasa. Un de ceux qui ont tenté de le dégager et qui a été blessé, et un des témoins visuels de son assassinat s’appellent aussi Ahmed Asasa. Tous des Ahmed Asasa, du village des martyrs.

Celui qui doit nous accompagner au village hésite à entrer à bord de sa voiture dans le camp de réfugiés de Jénine où nous l’attendons. Le capitaine Saoud, capitaine au sein de la sécurité nationale palestinienne, natif du village des martyrs, armé et portant une chemise à la mode des forces spéciales de l’armée américaine, à en juger par ce qui y est brodé, sait que le camp constitue une ligne rouge pour les membres de l’Autorité. A l’extérieur du camp, ceux-ci ont coutume de se mettre en embuscade et d’attendre les gens de la ville ou du camp roulant à bord de voitures volées, pour les confisquer et les détruire immédiatement, ce qui échauffe fortement les esprits dans le camp. « L’Autorité a mis fin à l’occupation, résolu le problème des réfugiés et il ne lui reste plus maintenant qu’à confisquer des voitures volées en Israël », dit-on dans le camp, avec amertume.

L’hôpital gouvernemental de la ville, à la limite du camp, est de nouveau paralysé par une grève, en raison du non paiement des salaires. Les deux blessés que nous avons rencontrés par la suite, n’ont reçu que les premiers soins dans cet hôpital et ont été renvoyés chez eux, blessés. L’hôpital est désert. Oh, le boycott international. Dans la ville de Jénine et dans son camp de réfugiés, les gens sont des morts vivants.

La Subaru blanche, portant le mot « hope » (espoir) écrit en anglais à l’avant, est là, aplatie, dans la rue principale de Al-Shuhada. Le bulldozer de l’armée israélienne l’a écrasée. Nous avons rangé notre voiture dans la cour de la maison de Rabia Asasa - le « bingo », l’homme recherché du village. Pour l’attraper, les soldats ont lancé un raid, jeudi passé, à l’aube ; pour l’attraper, ils ont tué le jeune Ahmed. Rabia a réussi à s’échapper.

Nous montons à pied vers la maison du martyr, dont la porte métallique bleue a été arrachée par la jeep qui est entrée dans la cour. Les maisons son bâties sur la pente rocheuse et nous grimpons en parcourant un terrain rocailleux et en traversant l’enclos à chèvres, pour nous rendre à la maison d’Ahmed. Les champs de Kabatiyah, tapis de brun et de vert, sont visibles en bas dans la vallée - un peu l’aspect de notre vallée d’Izraël.

A flanc de colline, entre les maisons, sur le sol rocailleux, un monument improvisé, en pierres. C’est ici qu’est tombé Ahmed, dont la photo est posée entre les pierres. Le sniper, racontent les habitants, se tenait à la fenêtre rose de la maison qui est dans la pente, sous l’antenne satellite, à plus de 100 mètres du monument. Le sniper a visé le cou, il a tiré et Ahmed est tombé.

Il était tôt matin et, dans le village, la plupart des habitants dormaient encore. Seuls les ouvriers partant travailler en Israël étaient déjà réveillés. Le bruit des coups de feu et des grenades détonantes s’est fait entendre, venant des collines, et tout le village s’est réveillé dans la panique. Ahmed s’est lui aussi réveillé, dans sa maison située en haut de la colline. Les femmes et les enfants se sont dépêchés de fuir la maison en descendant la pente, par crainte que les soldats n’envahissent le village par le haut. Ils ne savaient pas que les soldats s’étaient déjà répandus dans tout le village, se tenant sur le toit des maisons et à leurs fenêtres, y compris dans la pente vers laquelle ils tentaient de fuir. Seul le père de la famille, le vieux Ibrahim Asasa, est resté à la maison.

Âgé de 69 ans, père de 11 enfants, il avait eu tard son fils Ahmed. Trois jours après la tragédie, les signes du choc et du deuil sont visibles chez cet homme mince, portant le keffieh. Natif du village de Qazaza sur les ruines duquel s’est bâti le moshav de Beit Eliezer, et dont seuls des vestiges du cimetière se trouvent encore quelque part sur les terres du moshav d’Akhitov, il se rend dans des localités de la région pour travailler dans les champs, entre Kfar Monash, Beit Lid et Netanya. La semaine dernière encore, il a travaillé pour la société productrice d’agrumes « Colombia », à Hadera. Il craint qu’Israël ne l’empêche de se rendre en Israël pour travailler, maintenant que le voilà devenu un père ayant perdu un fils. Il semble que tous les hommes du village se soient maintenant rassemblés autour de lui, dans la chambre d’amis, pour le réconforter, tout en sirotant un café amer et en mangeant des dates séchées, comme il est d’usage dans les jours de deuil.

Ibrahim s’était levé à cinq heures, il s’était préparé à partir travailler en Israël, puis avait entendu les coups de feu venant des collines qui dominent la maison. Les membres de la famille se sont réveillés et se sont enfuis. Ahmed a fui le premier, en prenant la direction de la maison de son oncle située dans la pente. Son père, Ibrahim, est resté, collé à la porte métallique. Quelques minutes plus tard, on lui a appris que son fils était tombé et qu’il gisait, blessé, dans la pente. Ensuite on lui a dit qu’il avait été emmené à l’hôpital et enfin, on lui a dit qu’il était mort. Avant qu’il n’arrive à l’hôpital, il n’y avait déjà plus à voir que le cadavre de son fils, un trou béant dans le cou.

Ahmed Asasa, le voisin, s’était réveillé lui aussi au bruit des coups de feu et très vite, il a vu par la fenêtre l’autre Ahmed Asasa étendu non loin de la maison, blessé, le sang coulant à flot de son cou. Cet Ahmed Asasa-là n’a pas osé sortir de chez lui, à cause des tirs. Un autre Ahmed Asasa encore, un voisin de 18 ans, a décidé de risquer sa vie et de tenter de dégager le blessé, son cousin Ahmed Asasa. Déjà, plusieurs femmes avaient essayé de traîner l’adolescent blessé mais très vite, elles avaient fui, en hâte, à cause des coups de feu. Cet Ahmed Asasa pensait qu’avec sa petite taille, il réussirait à sortir de là Ahmed qui perdait mortellement son sang. Il a tiré son cousin sur le sol rocailleux mais a été tout de suite touché par des éclats, à la tête et à la taille - en voilà les cicatrices. Il dit qu’en s’approchant du blessé, il a vu qu’Ahmed bougeaient encore les membres et qu’il avait les yeux ouverts.

Ahmed Asasa, le sauveur, est tombé et a perdu connaissance, à côté d’Ahmed Asasa qui agonisait. Il s’est réveillé à l’hôpital et n’a aucune idée du temps qui s’est écoulé. Les autres voisins racontent que le Ahmed blessé au cou est resté étendu près d’une heure dans les pierres. Ahmed Asasa, le survivant, se déplace encore avec difficulté.

Un autre voisin avait rejoint le blessé entre temps : Shauki Asasa, 24 ans et soldat de l’Autorité Palestinienne auprès du capitaine Saoud. Il est maintenant assis chez lui, blessé, une balle des snipers lui ayant traversé l’épaule pour ressortir dans le haut du dos. Il avait entendu les cris des femmes disant qu’il y avait un blessé et il s’était précipité. Après avoir été blessé, il a réussi à se traîner un bout de chemin, pour tomber lui aussi sur le sol rocailleux, exactement comme les deux Ahmed Asasa. Un de ses officiers dans la Sécurité nationale raconte avoir tenté de convaincre un des officiers de l’armée israélienne de les laisser porter secours aux blessés, mais que l’officier lui a dit : « Ne te mêle pas de ça ». D’après le père de Shauki, le blessé, « ils ne veulent pas que le monde nous aide, et ils ne veulent pas que nous nous entraidions. Un enfant est étendu, blessé, et on ne nous laisse pas lui porter assistance ». Lorsque le premier Ahmed Asasa est arrivé à l’hôpital, après que l’ambulance eût été empêchée d’approcher et qu’il eût fallu l’emmener à bord d’une voiture privée, il était déjà mort. Le second Ahmed Asasa a été sauvé.

Le porte-parole de l’armée israélienne, cette semaine : « Le 29 mars, les forces de l’armée israélienne ont opéré à Mutlat Shuhada, au sud de Jénine. Au cours de l’opération, nos forces ont, à plusieurs reprises, essuyé des tirs. A 4h47, les forces ont repéré, sur le toit d’un bâtiment, un terroriste armé, portant une arme allongée, elles ont ouvert le feu et constaté un coup au but. A 5h24, les forces ont repéré deux autres terroristes armés sur le toit d’un bâtiment proche et ont tiré dans leur direction. Après quoi, un violent désordre s’est développé dans le village, avec lancers de charges explosives, tirs et jets de pierres. Au cours de l’opération, des Palestiniens ont bloqué les routes avec des blocs de pierre, empêchant le corps médical de se rendre sur place. Les forces de l’armée israélienne n’ont pas empêché des ambulances d’entrer dans le village. Comme il a été dit, les tirs de l’armée israélienne n’ont visé que des terroristes armés. »

Les amis racontent qu’Ahmed aimait le football et que c’était un bon élève. Il apparaît sur sa dernière photo, tenant le certificat d’excellence de son école. Il leur vient un petit rire en entendant rapporter l’idée qu’il était armé et son père rappelle qu’à la distance où il était du sniper, dans sa fuite, il ne mettait de toute façon personne en danger. Avant lui, six autres habitants du village ont été tués, ces dernières années, dont Houssam Asasa, qui était invalide et handicapé mental, et Fadi Asasa, un enfant, écrasé par la voiture de soldats opérant déguisés en Arabes. Tous les élèves de l’école sont venus aux funérailles de leur camarade Ahmed Asasa, organisées dans le cimetière du village des martyrs, non loin du cimetière irakien, à l’ombre des cyprès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://algerie.forumactif.com
 
Bingo dans le village des martyrs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Quête] Le passé, le village et le mage. [PV Aerdris]
» Promenade dans le village de Godric's Hollow
» Dr Guy Deve Theodore, batisseur d'un hôpital dans son village natal à Pignon
» Création d'une préfecture?
» Un jour, dans un village de l'ouest (Jour I - Walnut Grove)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ALGERIE DEBAT :: Actualité, débats et sciences :: Analyse Débat caricature-
Sauter vers: