Forum ALGERIE DEBAT

Votre fenêtre sur l'Algérie et le monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fraude par cartes bancaires : un crime latent

Aller en bas 
AuteurMessage
Moh
Débutant
Débutant
Moh

Masculin Nombre de messages : 201
Localisation : Devant Mon PC
Emploi : commercial
Loisirs : Le Net,La BD,ext...
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Fraude par cartes bancaires : un crime latent   Ven 20 Avr - 1:12

LA GENDARMERIE NATIONALE L’A ÉVOQUÉ DANS SA REVUE


Avec les réformes engagées et la
généralisation des cartes bancaires, les institutions financières et les
services de sécurité devront anticiper pour parer à cette nouvelle forme de
crime qui pourrait sérieusement porter atteinte à l’économie
nationale.


La fraude par cartes bancaires : voilà un nouveau
phénomène étranger à notre société et que les institutions financières du pays,
à commencer par nos banques, n’ont jamais abordé, alors qu’il fait des ravages
sous d’autres cieux. Autrefois définie comme une tromperie entre un marchand et
sa banque émettrice qui récupère l’argent au lieu de le verser au compte des
services concernés, la fraude bancaire a pris une autre tournure que les
escrocs, les voleurs, les hackers et autres criminels utilisent en falsifiant
les cartes à puce qu’on croyait pourtant assez protégées par les données. La
dernière revue (n°22 d’avril 2007) de la Gendarmerie nationale a eu le mérite de
soulever cette forme de criminalité qui pourrait porter, dans les années à
venir, sérieusement atteinte à l’économie nationale et à tous les utilisateurs
des cartes de crédit ou toute autre forme de cartes de paiement bancaires. Les
criminels n’ont pourtant pas besoin de gros moyens pour frauder. Il leur suffit
“de voler l’information contenue sur ces cartes (nom, prénom, numéro de carte et
numéro de sécurité), de trouver du plastique (n’importe quel type de plastique
fera l’affaire) et d’avoir un appareillage spécifique qui leur permettra de
copier les informations recueillies sur la carte plastique)”, lit-on dans le
même document de la Gendarmerie nationale. Les nouvelles technologies aidant,
notamment l’Internet, les contrefacteurs défient toutes les lois des firewales
pour craquer les données centralisées pourtant hautement protégées. Toutefois,
d’autres techniques ont émergé au fil du temps. Le lieutenant Rédha Hamani,
master en fraude management à l’université de Teeside, et auteur de l’étude
publiée par cette revue, estime qu’on peut cerner deux types de fraude de carte
de crédit. D’abord, la fraude des distributeurs de billets. Cette technique, la
plus usitée, fait appel à deux procédés : un attrape-carte pour empêcher la
carte de revenir à son détenteur, le temps que ce dernier aille se plaindre,
avant de la subtiliser, ou encore placer une mini-caméra au-dessus du
distributeur pour lire et enregistrer en temps réel toutes les données de la
carte ainsi que le code secret par le biais de l’envoi d’un infrarouge. Les
criminels enregistrent le maximum de données de clients, changent de
distributeur et retirent l’argent en toute quiétude. Ensuite, la fraude par
cartes bancaires via Internet. Les criminels se prémunissent contre tout
repérage avant de procéder au piratage des données. C’est alors qu’ils envoient
un courrier électronique, via un site Internet cloné, à la victime espérant
l’ouvrir. Croyant qu’il s’agit d’une simple mise à jour, les victimes tombent
dans le panneau ! Elles complètent alors leurs données pendant que les criminels
saisissent les mêmes données sur un autre registre. Mieux, un virus informatique
sera injecté sur l’e-mail de la victime pour contrôler toute opération bancaire.

D’autres techniques, dont l’étude n’a pas fait référence, sont également
utilisées par les criminels. Mais le propos n’est pas là : il s’agit de mettre
en œuvre une dynamique à même de lutter contre ce phénomène naissant chez nous
partant des récentes réformes bancaires engagées, notamment l’introduction des
cartes comme nouveau moyen de paiement. Sachant que le système bancaire actuel
est non seulement anarchique, mais obsolète, l’étude met évidemment en valeur le
fait que ce procédé soulagera sans doute les clients des banques non sans
souligner les conséquences néfastes, voire dangereuses que cela pourrait créer,
notamment la fraude par cartes bancaires. Du coup, la même étude préconise
d’anticiper en prenant en considération l’expérience des autres pays, les
modèles existants et formuler des propositions spécifiques à l’Algérie dans ce
domaine, notamment en matière de législation pour parer à ces graves délits
financiers aussi complexes. Des exemples, comme ceux dEl Khalifa Bank et BCIA,
ont été cités pour illustrer certains dysfonctionnements et autres scandales qui
y ont découlé.
Outre la nécessité de se mettre au diapason des autres pays
dans ce domaine, l’Algérie devra revoir certains textes de loi qui punissent ce
genre de fraude, sachant que les peines actuelles (500 à 20 000 DA) sont
absolument insignifiantes et à la limite, elles ne sont même pas dissuasives.

D’autres propositions ont été également formulées dans la même étude pour la
Gendarmerie nationale et aux banques algériennes. Si pour les uns, il s’agit de
créer des unités spéciales au niveau de chaque wilaya, avec en appoint une unité
centrale de coordination pour lutter contre cette forme de crime économique,
pour les autres, il s’agit de consentir des investissements à même de protéger
leurs clients, comme les caméras de surveillance, et protéger leurs services,
notamment le e-banking, à travers une sécurisation de leurs sites pour
authentifier leurs clients. Encore faudra-t-il penser aux clients analphabètes
et aux personnes âgées !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fraude par cartes bancaires : un crime latent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COMMENT LA FRAUDE POURRAIT ETRE ACCOMPLIE?:
» crime contre l' humanité
» A qui profite le crime ?
» Minuit, l'heure du crime || Luigi
» fraude au RER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ALGERIE DEBAT :: Actualité, débats et sciences :: Algérie Actualités-
Sauter vers: