Forum ALGERIE DEBAT

Votre fenêtre sur l'Algérie et le monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sarkozy et Le Pen, même tactique : de la poudre aux yeux

Aller en bas 
AuteurMessage
Moh
Débutant
Débutant
avatar

Masculin Nombre de messages : 201
Localisation : Devant Mon PC
Emploi : commercial
Loisirs : Le Net,La BD,ext...
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Sarkozy et Le Pen, même tactique : de la poudre aux yeux   Sam 21 Avr - 12:51

Discrimination positive pour l'un, préférence nationale pour l'autre, Sarkozy et Le Pen visent, on s'en doute, par ces slogans, tous les Français d'origine étrangère, et particulièrement maghrébine et africaine. Ces propos de campagne électorale ne s'appliquent pas bien entendu à la famille Sarkozy qui elle est d'origine hongroise, ni à celle de Bruno Megret, aujourd'hui allié de Le Pen et dont la mère, Colette Constantinidès, est d'origine grecque et l'épouse Catherine Rascowski d'origine polonaise, n'est-ce pas monsieur Le Pen ?

Sarkozy a vite oublié que c'est lui qui a attisé le feu des banlieues en traitant de racaille les habitants de ce que le langage technocratique français appelle les ZUS (zones urbaines sensibles). Cette racaille des banlieues n'est autre pour Sarkozy que la version moderne des indigènes des colonies françaises. Quant à Le Pen qui préférerait voir les émigrés rentrer chez eux pour laisser la place aux vrais Français, dont il exclut du reste Sarkozy, ce fils d'immigré hongrois comme il se plaît à le chanter partout, il met aujourd'hui, et à quelques jours des élections, de l'eau dans son vin en allant dans les banlieues rendre visite à ces mêmes immigrés pour faire du « racolage » de voix. Il n'est plus question de rentrer chez eux avant les élections.

Ces gesticulations de foire ne trompent personne. Ces Français d'adoption ne sont pas dupes messieurs ! Ils ont tous en mémoire des affaires de discrimination raciale, à l'image de celle que nous vous rappelons ci-après et qui est des plus édifiante quant à l'avenir que réservent ces candidats à ceux qui les écoutent ou qui seraient tentés de les suivre et de voter pour eux. Tous les Français et le monde entier ont suivi cette affaire du transformateur qui coûta la vie à de jeunes fils d'immigrés de la troisième génération, dont les grands-pères ont puissamment contribué au développement de la France pendant la période des « trente glorieuses », n'en déplaise à Le Pen et à ses adeptes.

Cette justice à deux vitesses qui était de rigueur chez Sarkozy, le ministre de l'Intérieur, et qui tenterait bien Le Pen au cas improbable où il serait élu, nous la démontrons par cette affaire qui a ébranlé la France, et qui pourtant a été différemment traitée que cette autre affaire beaucoup plus grave qui eut lieu un mois avant. Elle eut pour théâtre un quartier chic de Paris et nous vous en rappelons les faits:

le 17 septembre 2005, un jeune homme du nom de Arthur Galouze de Villepin qui avait le même âge que les deux enfants du « transformateur », s'est fait « serrer » (arrêter) par la brigade mobile de la police parisienne sur une avenue du 16ème arrondissement de la capitale pour bagarre, à l'issue d'une soirée arrosée. Après plainte des voisins, Arthur qui fut interpellé par le brigadier de police, a tendu son téléphone portable au représentant de la... loi. A l'autre bout du fil, la voix de son illustre papa fit de l'effet puisque le brigadier claqua les talons et tout est rentré dans l'ordre.

Cette histoire n'a eu aucune suite, si ce n'est peut-être un discret rapport mis sous le coude, au cas où, par le ministre de l'Intérieur de l'époque, c'est-à-dire le candidat Sarkozy. Un mois plus tard, soit le 27 octobre, et à quelques kilomètres de là, Zyad Benna, 17 ans, fils d'un artisan tunisien, et Bouna, même âge, d'origine mauritanienne, tombent sur une patrouille de police en opération, alors qu'ils revenaient d'un match de football. Devant l'attitude peu amène des policiers à leur égard, ils ont paniqué et ont fui. Poursuivis par les policiers de Sarkozy alors qu'ils n'avaient rien à se reprocher, ils sautèrent un mur d'enceinte et se réfugièrent dans un transformateur électrique pour être à l'abri d'une éventuelle punition. La suite, on la connaît !

Cette histoire déclenchera deux semaines d'émeutes, ce qui eut pour effet de décréter, par l'administration de Sarkozy, un état d'urgence et un couvre-feu sélectif qui nous a rappelé à nous Algériens et à nos émigrés, celui instauré jadis par Edgar Faure en Algérie, repris par la France de Guy Mollet puis de Maurice Papon, et qui concernait alors de manière sélective les grands-parents des jeunes beurs que ces mêmes Le Pen et Sarkozy « draguent » aujourd'hui pour leurs voix. Pour que la France évite une nouvelle catastrophe pareille ou pire que la poussée de l'extrême droite de 2002, il faut autre chose que les solutions « d'exclusion » que préconisent Sarkozy et Le Pen. Il faudrait plutôt une égalité des chances pour tous les Français blacks, blancs, beurs. Il faudrait surtout mettre fin à la triple injustice, sociale, économique et raciale, et ramener vers l'école les milliers d'enfants qui l'ont désertée, et doser avec discernement prévention, dissuasion et sanctions, y compris pour les fils de nantis et de personnalités

(n'est-ce pas monsieur Sarkozy ?). Pourtant, rien n'y est moins propice que le climat politique actuel, où la fin d'un règne se conjugue avec une compétition acharnée, où l'invective, les peaux de bananes et les coups bas se succèdent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sarkozy et Le Pen, même tactique : de la poudre aux yeux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tactique gobelins contre nains
» La reforme du capitalisme selon Sarkozy
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
» Nicolas Sarkozy imagine de refonder le capitalisme mondial en plusieurs étapes
» SARKOZY EST MORT.... DE AGORA VOX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ALGERIE DEBAT :: Actualité, débats et sciences :: Analyse Débat caricature-
Sauter vers: